« L’Islam est une religion de tolérance et de paix et non une religion de violence », déclare le Président du Faso à la rupture collective du jeûne à Kosyam

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a assisté à la cérémonie de rupture collective du jeûne à la Présidence du Faso, le jeudi 22 juin 2017. Le chef de l’Etat avait à ses côtés pour réaffirmer sa solidarité à la communauté musulmane, le représentant de la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME), le Pasteur Samuel YAMEOGO, le Cardinal Philippe OUEDRAOGO et le représentant du Mogho Naaba Baongho. Etaient également présents à la rupture collective, le Premier ministre Paul Kaba THIEBA et des membres du gouvernement.
Lecture de Coran, bénédictions, prière, repas collectif, allocutions et message du Président du Faso ont été les temps forts de cette cérémonie chargée de symboles.
Solidarité et cohésion sociale pour un Burkina Faso de paix, de justice et de réconciliation ont été les messages livrés à cette occasion. Les autres confessions religieuses et les chefs coutumiers ont voulu par leur présence à cette rencontre de partage et de bénédictions, exprimer leurs sentiments de fraternité et de solidarité à leurs frères musulmans.
Dans son propos, le Président Roch Marc Christian KABORE a exprimé toute sa joie de recevoir la communauté musulmane pour cette séance de rupture collective du jeûne à « l’initiative des musulmans qui travaillent à la Présidence du Faso ».
« J’ai le plaisir de recevoir l’ensemble des représentants de la communauté musulmane pour nous solidariser avec eux, en ce long carême qu’ils ont assuré et qui s’achèvera bientôt. En ce ramadan qui est une période de purification, une période de paix intérieure, de paix
avec les autres, je voudrais pour chacun et chacune de vous qui ont eu à l’observer, que Dieu vous donne toutes les grâces attendues », a souhaité le chef de l’Etat.
Le dialogue inter-religieux, une valeur chère au Président Roch Marc Christian KABORE a été magnifiée à cette cérémonie, première du genre dans notre pays. A ce sujet, le chef de l’Etat a affirmé que c’est une joie pour lui, non seulement de faire « cette rupture collective du jeûne avec les musulmans, mais aussi de constater la présence de son Eminence le Cardinal Philippe OUEDRAOGO et du Pasteur Samuel YAMEOGO, qui témoigne si besoin était, que le dialogue inter-religieux au Burkina Faso est une réalité. Je voudrais saluer cette disponibilité générale, du respect mutuel de nos religions respectives et je pense que c’est un atout qui est important pour nous ».
Le Président du Faso a par ailleurs salué la communauté musulmane dans son ensemble pour la lutte contre l’intolérance religieuse. « Cela est très important », a-t-il dit avant d’ajouter qu’il voudrait surtout leur demander de persévérer dans « ce travail d’éducation des musulmans sur ce qui est la vraie religion : l’Islam, une religion de tolérance et de paix et non une religion de violence ».
Au terme de la cérémonie, le chef de l’Etat a souhaité à la communauté musulmane du Burkina Faso : « Que le tout puissant exhausse vos vœux les plus chers et que vos prières aillent en faveur de la paix, de la réconciliation, en faveur de l’amour entre les Burkinabè, de la tolérance entre les Burkinabè pour qu’ensemble nous puissions construire notre pays ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Des Rois du Burkina chez le Président du Faso

Les Rois de différentes localités du Burkina Faso ont été reçus en audience le mardi 20 juin 2017 par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE.
Selon le porte-parole de la délégation, Sa Majesté le Koupiendiéli, Roi du Gulmu, cette audience a été le cadre pour aborder avec le chef de l’Etat, la question de « la gestion du pouvoir local à travers nos populations respectives ». Les hauts leaders coutumiers ont présenté au Président du Faso, leurs vœux de réussite dans l’accomplissement de ses missions à la tête de l’Etat. Ils en ont profité pour lui donner l’assurance de leur accompagnement : « Nous voulons l’assurer de notre présence effective et permanente à ses côtés pour l’aider à accomplir sa fonction de chef d’Etat », a dit le Roi du Gulmu.
Les chefs coutumiers ont également exprimé le souhait d’être accompagnés par l’administration : cet accompagnement va permettre de « résoudre les problèmes ponctuels que nous rencontrons soit dans le cadre des nominations de chef, soit dans le cadre de la résolution de certains problèmes », a confié Sa Majesté le Koupiendiéli.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso apporte son soutien aux artistes du Burkina

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu dans la matinée du mardi 20 juin 2017 une délégation des artistes du Burkina Faso. La délégation était composée de deux entités : la première, représentée par Monsieur Mahamadi SAWADOGO alias Madès est venue présenter au chef de l’Etat, le programme d’activités de la célébration de la Fête de la musique, édition 2017 au Burkina Faso. La seconde composante conduite par Monsieur Gustave SORGHO a présenté au Président du Faso, le comité de lobbying du fonds d’aide aux membres âgés du Bureau burkinabè des Droits d’Auteurs et sollicité son aide.
« Chaque année, dans le cadre de la célébration de la Fête de la musique, nous organisons en effet des activités dont des conférences, des matchs de gala, des concerts et bien d’autres. Cette année, la conférence porte sur la thématique Apport de la culture à la promotion du civisme et à la cohésion sociale. Il y aura le mercredi 21 juin, un match de gala opposant les acteurs culturels et les agents de police pour montrer la cohésion qui existe entre les deux corps. Les artistes sont la locomotive d’une Nation, notre rôle est de sensibiliser pour un mieux-être des populations », a déclaré Madès.
Les artistes se disent satisfaits de leur rencontre avec le chef de l’Etat car « il s’est félicité de notre démarche et a dit s’intéresser à tout ce qui œuvre pour la cohésion, pour l’acceptation de l’autre », a ajouté Madès. Le Président Roch Marc Christian KABORE nous a donné ses bénédictions et nous a exprimé ses encouragements. « Il nous a dit savoir les difficultés que rencontrent les artistes et nous a fait la promesse d’œuvrer pour améliorer les conditions de vie et de travail de tous les artistes », a-t-il conclu.
Le président du comité de lobbying du fonds d’aide aux membres âgés du Bureau burkinabè des Droits d’Auteurs s’est également exprimé sur
leur entretien avec le chef de l’Etat : « Au Président du Faso, nous avons expliqué toute la philosophie du Bureau burkinabè des Droits d’Auteurs. Nous lui avons également expliqué les objectifs de notre comité qui est de soutenir les artistes âgés en situation difficile. Il est du devoir de tout un chacun de leur être solidaire. Nous avons aussi expliqué au chef de l’Etat, la quintessence de notre démarche afin qu’il puisse nous accompagner », a déclaré Monsieur Gustave SORGHO.
Selon l’artiste burkinabè du cinéma, le Président Roch Marc Christian KABORE a été sensible à la démarche des artistes et en a compris le bienfondé.« Il a promis nous accompagner avec une enveloppe de 20 millions de F CFA pour venir en aide aux artistes qui sont dans des situations précaires », a-t-il révélé.
Les représentants des artistes âgés ont ainsi mis à profit cette audience pour exprimer au Président du Faso et à tout le peuple burkinabèleur « reconnaissance et leur soutien aux artistes en situation difficile ».
Le comité de lobbying du fonds d’aide aux membres âgés du Bureau burkinabè des Droits d’Auteurs a été mis en place à la faveur de la rentrée du droit d’auteur. Il a pour rôle de sensibiliser afin que la solidarité agissante qui existe dans notre pays profite aussi aux artistes qui à un moment de leur vie, ont été « les ambassadeurs du Burkina Faso ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Nuit du football africain : Une trentaine d’anciennes gloires reçues par le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a accordé une audience, en milieu de journée le dimanche 18 juin 2017, à une trentaine d’anciennes gloires du football venues prendre part à Ouagadougou à « la nuit du football africain ».
Le porte-parole des anciens footballeurs, Monsieur Joseph Antoine BELL, a expliqué que cet entretien avec le chef de l’Etat burkinabè n’a pas été une « rencontre entre un admirateur et des idoles », mais plutôt une « rencontre pleine de symboles en ce sens que le chef de l’Etat a dit à la délégation, à toutes ces gloires, tout le bien que le peuple pense d’elles et ce faisant, il a démontré que sa réception était absolument sincère et qu’un bienfait n’est jamais perdu ».
« Ce que tous ces footballeurs ont fait sur les stades en terme de détermination, de défense des couleurs et de qualité de comportement a été relevé par le Président et évidemment pour des gens qui ont arrêté de jouer depuis longtemps, c’était une façon de bien montrer que ce qu’ils avaient fait n’a pas été oublié », a-t-il ajouté
Monsieur Joseph Antoine BELL estime qu’à travers cette audience, le Président Roch Marc Christian KABORE s’est montré en phase avec la population. « Rappelez-vous que hier (NDLR : 17 juin à la cérémonie de la nuit du football africain), la salle était pleine, la salle était enthousiaste », dira-t-il.
Pour Monsieur Joseph Antoine BELL, après le match de gala, la soirée de gala, le tout couronné d’une visite au Président du Faso, le séjour burkinabè est bien complet et d’une symbolique absolument parfaite : « Le chef de l’Etat s’est comporté comme s’il avait lui-même écrit le concept de la nuit du football africain ». Il affirme qu’il ne s’attendait
pas à ce qu’une « autorité aussi occupée et, au moins en apparence aussi loin des préoccupations d’un terrain de foot puisse avoir compris le concept, celui qui fait que des générations de footballeurs peuvent se retrouver ».
Tout compte fait dira-t-il, et appréciant le concept, Monsieur BELL pense que c’est un message envoyé aux footballeurs toujours en activité pour leur dire qu’ils sont suivis et qu’ils ne seront point oubliés selon ce qu’ils auront fait sur le terrain.
« Je pense qu’au-delà du football, c’est un message envoyé à tout le monde. Que cela arrive au Burkina Faso, qui pour moi est une terre de dignité absolue en ce sens que le peuple burkinabè nous donne beaucoup de leçons. Je voudrais moi aussi dire aux Burkinabè que c’est vu ailleurs et que c’est compris ailleurs de la même manière que le Président a compris le concept de la nuit du footballeur africain. Moi d’ailleurs, je vous dit que nous vous regardons et que nous vous avons compris », a-t-il affirmé à titre personnel.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso