Décès du Docteur Salifou DIALLO : Les condoléances du Parlement panafricain présentées au Président du Faso

Le président du Parlement panafricain, Monsieur Roger NKODO DANG, a présenté ce jeudi 7 septembre 2017 au Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE et au peuple burkinabè, les condoléances de son institution, suite au décès du Docteur Salifou DIALLO, président de l’Assemblée nationale le 19 août dernier à Paris.
« Je voudrais avant tout propos m’incliner devant la mémoire de mon regretté grand frère et ami, le Docteur Salifou DIALLO. L’un des plus grands souvenirs que je garde de lui, est que, lui et moi avions répondu à vos questions devant ce pupitre, il y a déjà un an de cela. J’en garde un très bon souvenir », a-t-il rappelé à la presse à sa sortie d’audience.
Monsieur Roger NKODO DANG a expliqué qu’il est venu au Burkina pour « présenter ses condoléances suite au décès du Docteur Salifou DIALLO, président de l’Assemblée nationale, mais également suite aux événements malheureux qui ont endeuillé le pays après l’attaque du Café Istanbul ».
Le président du Parlement panafricain a par ailleurs loué les qualités de l’illustre disparu en ces termes : « Le Docteur Salifou DIALLO que j’ai très bien connu était un apôtre de la paix, un Africain, un Panafricaniste avec qui nous avons entretenu de très bonnes relations. Sa mort nous affecte beaucoup. Certes cela affecte la famille nucléaire, mais elle affecte également sa grande famille politique, sa grande famille internationale où il avait des amis partout ».
Répondant à une question sur le rôle du Parlement panafricain dans la lutte contre le terrorisme qui endeuille le continent,
Monsieur NKODO DANG a expliqué que « son institution œuvre pour que l’Afrique soit débarrassée de tout ce qui lui arrive aujourd’hui. Mais comme on le sait très bien, c’est une attaque qui est globale. Les Etats africains doivent se mettre ensemble pour combattre le terrorisme et c’est ce que nous essayons de faire ».
Le président du Parlement panafricain a de ce fait souligné que « les attaques terroristes aujourd’hui ne doivent pas être le problème du Burkina seul car aucun pays n’est à l’abri de ce phénomène ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso