Le Président du Faso visite des chantiers de bitumage de routes et de voiries dans la ville de Bobo-Dioulasso

En fin de séjour à Bobo-Dioulasso où il a présidé la clôture de la 19ème édition de la Semaine nationale de la Culture, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a visité dans la matinée du samedi 31 mars 2018, des infrastructures routières en construction dans la ville de Sya. Accompagné par le ministre en charge des infrastructures, Monsieur Eric BOUGOUMA, cette visite guidée a permis au chef de l’Etat de constater l’état d’avancement des travaux. La rue Philipe Zinda KABORE à l’arrondissement 1, la voie d’accès à l’Institut des Sciences de la Santé de Bobo-Dioulasso (INSSA), les voies de desserte dudit institut sont les chantiers qui ont été visités par le Président Roch Marc Christian KABORE et sa délégation.  Le chef de l’Etat a, aux pas de courses constaté de visu, l’état d’avancement des travaux. Des taux d’exécution qui lui ont donné satisfaction. « Je me félicite de la célérité dans l'exécution de cette mission qui fait qu’aujourd'hui à Bobo-Dioulasso, les populations sont satisfaites des travaux qui ont été faits. Elles souhaitent par ailleurs qu'on puisse faire plus pour améliorer la qualité de la circulation », a confié le Président du Faso à l’issue de la visite. Le bitumage de la voie d’accès à l’INSSA avait été une promesse faite aux étudiants par le chef de l’Etat. « Je suis venu rendre cette visite parce que le bitumage de cette voie était parmi les préoccupations que les étudiants avaient posées en son temps et j'avais pris l'engagement que cette route sera bitumée mais aussi, l'institut sera clôturé et l'intérieur sera aménagé.  Je me plais à revenir à Nasso afin que les étudiants sachent que nous honorons nos engagements», a fait remarquer le Président Roch Marc Christian KABORE. Le désenclavement est une question qui est centrale à notre pays et ce sont des activités qui nécessitent beaucoup d'argent mais, a rassuré le chef de l’Etat, « cette année 2018 verra la réalisation de nombreux chantiers dans ce sens pour le désenclavement, notamment les zones où la production agricole est importante. Nous allons travailler à améliorer la qualité de notre réseau routier ». Interrogé sur la construction d’échangeurs dans la ville de Sya, le chef de l’Etat a été on ne peut plus clair sur la nécessité d’ériger une telle infrastructure qui demande la mobilisation de grands moyens. « L'échangeur avait effectivement été une option envisagée, mais en même temps nous devons voir de façon pratique si sa réalisation améliore de façon très significative les choses. Si nous prenons l'argent de l'échangeur, nous pouvons faire beaucoup plus de choses pour les populations que d'investir de façon coûteuse dans un instrument dont l'efficacité n'est pas encore ressentie. C'est pourquoi, je dirai que des échangeurs seront faits à Bobo, mais cela sera fonction de la réalité du terrain ». Pour lui, il serait plus opportun d’« utiliser les moyens qui sont à notre disposition pour faire en sorte que les nouveaux quartiers puissent avoir du goudron, toute chose utile pour les populations que d'investir dans un monument qui est beau certes, mais qui ne va pas apporter grand-chose dans l’amélioration de la circulation dans la ville », a-t-il conclu. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso